Foot
Retour

Foot

“Un exploit qui marquera le club” : l’ASM FF sort de la Coupe avec les honneurs

Les Monégasques ont été éliminées en 1/8e de finale de Coupe de France par le Stade de Reims (0-4), samedi soir à Beausoleil. Un score un peu sévère, tant les joueuses de Stéphane Guigo ont montré une abnégation sans faille qui promet pour les prochaines semaines…

La fin d’une belle aventure. Invaincues dans leur championnat de Régional 1 (troisième division) après 11 matchs et autant de victoires, les joueuses de l’AS Monaco Football Féminin (ASM FF) ont connu leur première défaite de la saison en Coupe de France (0-4), samedi dernier au stade Prince Héréditaire Jacques. Pas un drame en soi : l’adversaire était de taille pour ce 1/8e de finale historique, le Stade de Reims évoluant en première division (D1).

Pourtant, l’exploit était encore réalisable à la mi-temps alors que les Monégasques accrochaient le nul (0-0, 45e). Malheureusement pour l’équipe de Stéphane Guigo, le retour des vestiaires est particulièrement compliqué. Les Rémoises marquent deux buts coup sur coup (0-1, 46e ; 0-2, 47e). Malgré l’ambition de tenir tête aux pensionnaires de D1, la désillusion se poursuit avec un second doublé avant le terme de la rencontre.

Les félicitations du Stade de Reims

Le score final (0-4) est justifié par les deux divisions d’écart entre les formations, mais il ne reflète pas l’engagement et le sérieux des Monégasques qui ont su maintenir leurs efforts jusqu’au coup de sifflet final. André-Pierre Couffet, président de l’ASM FF, le confirme : “Quand on prend deux buts en deux minutes, on se dit que l’on va en prendre 10 après. Mais non, on revient tout de suite dans la rencontre pour se battre jusqu’au bout. On ne pensait pas que l’on pouvait réaliser un match aussi parfait contre une équipe de D1. Techniquement et physiquement, il y a encore beaucoup de choses à améliorer mais au niveau du mental, nous n’avons absolument pas flanché. Le seul relâchement, ce sont ces cinq minutes en tout début de deuxième mi-temps.”

 

Une conclusion partagée par l’entraîneur Stéphane Guigo, fier de son équipe : “Arriver à ce niveau-là c’est exceptionnel pour un club de division d’honneur. Jouer une D1 et tenir une mi-temps en faisant 0-0 est tout aussi exceptionnel.” Il poursuit : “Je suis très satisfait de ce que l’on a fait et de l’ensemble du parcours. On savait que la marche était haute mais on a tenu bon et c’était beau à voir. On ne pensait pas faire aussi bien.” Une performance particulièrement saluée par l’équipe rémoise qui “ne pensait pas qu’en R1 on pouvait avoir un niveau aussi élevé”.

Pas de regrets pour le stade Louis-II

Un sans-faute en R1, des 1/8e de finale de Coupe de France… Alors que la saison n’est pas encore terminée, les joueuses de l’ASM FF ont déjà écrit une belle histoire. “C’est un exploit qui marquera le club, le début de quelque chose de très grand, affirme André-Pierre Couffet. Je pense que nous ferons encore d’autres exploits par la suite. C’est une belle image que l’on peut laisser du club, des joueuses, du staff et du public monégasque.”

Habituées au stade Joseph-Merceron de Blausasc et son ambiance confidentielle, les Monégasques ont été portées par l’engouement du public à Beausoleil. Le Prince Albert II, le président du Conseil National Stéphane Valeri, ainsi que 300 spectateurs étaient présents en tribunes. Le stade Prince Héréditaire Jacques affichait complet, au point de devoir refuser des entrées ! “Il faut admettre que le stade joue beaucoup pour cela. C’est évidemment plus compliqué de ramener du public quand il n’y a aucune tribune comme à Blausasc”, assure André-Pierre Couffet.

421aea61 D666 4960 87e8 Ca7dfe8f7de0

Pour le président, qui espérait jouer dans un premier temps au stade Louis-II, l’objectif principal était de faire “découvrir ou redécouvrir le football féminin” puis de “fidéliser le public dans la durée” : “Nous avons été déçus au début de ne pas pouvoir jouer au stade Louis-II, mais nous n’avons pas de regrets finalement, puisque nous ne l’aurions pas remplis. Je préfère l’ambiance de samedi soir dans un plus petit stade, nos joueuses avaient besoin du soutien du public. Nous avons pu montrer nos vraies valeurs sur le terrain et je peux assurer que je suis très heureux et très content de ce match. »

“Aller le plus haut possible”

Pas de pause pour les Monégasques qui ont repris l’entraînement dès lundi pour continuer d’assurer les mêmes résultats en championnat. “Elles se sont immédiatement remises au travail, il n’y a pas eu de décompression. On sait que la saison n’est pas finie. Il y a au moins les deux premières places à aller chercher, les barrages au mois de juin et ensuite le titre.”

L’ASM FF peut se permettre d’avoir de grandes ambitions, selon son président : “Nos investisseurs et partenaires américains peuvent désormais nous apporter ce qui nous manquait, c’est-à-dire un vrai budget et leur professionnalisme au niveau de la gestion d’un club. Ce serait mentir de dire que l’on veut juste monter en D2 et y rester.”  À terme, le club vise la première division, mais pas que. “L’objectif est de monter et de jouer le haut du tableau. Ce serait peut-être prétentieux de ma part de dire que l’on va aller titiller Lyon ou le PSG mais, aujourd’hui, on est dans la continuité de ce que l’on a toujours voulu faire. Nous le démontrons chaque week-end, donc on ne va pas se cacher que l’on veut aller le plus haut possible.”

Anaïs Riu

Publié le 02 Fév. 17:34